Publié par : Jad Chacra | novembre 21, 2010

Où est la frontière entre le monde professionnel et privé ?

Vendredi 19 novembre le conseil des prud’hommes de Boulogne Billancourt a confirmé le licenciement de trois salariés accusés d’avoir critiqué leur direction sur Facebook. Cette affaire, au-delà de la question de la confidentialité sur internet, pose celle de savoir où se situe la frontière entre travail et vie privée.

Liberté d’expression, quand tu nous tiens ! Il apparaît que ce droit constitutionnel doit être mis au banc lorsqu’on critique sa direction sur les réseaux sociaux. Trois salariés d’une entreprise en ingénierie informatique viennent de voir – vendredi 19 novembre 2010 – leur licenciement confirmé par le conseil des prud’hommes de Boulogne Billancourt. Tout est parti, comme souvent, d’une critique postée sur Facebook par un employé. Deux collègues de travail ont également répondu à ce « post » en y ajoutant quelques commentaires acidulés. Un « ami », choqué par la teneur de ces derniers, est allé en toucher deux mots à la direction qui a immédiatement licencié les fauteurs.

Aux USA c’est encore pire

Dans un autre article, Libération aborde cette question du point de vue des États-Unis. Là-bas, de nombreux employés ont perdu leur travail suite à leurs propos tenus sur la toile. La liberté d’expression chère aux Américains  ne fait pas le poids dans le monde l’entreprise. Libération rapporte notamment des cas, qui vu de France peuvent sembler farfelus, comme celui de cette employée virée par son patron pour avoir collé un autocollant en faveur de John Kerry sur sa voiture ! Cette histoire remonte à 1994, bien avant l’avènement de Facebook. Ainsi, de l’autre côté de l’Atlantique, la question de la frontière entre sphère privé et professionnel semble encore plus floue.

Un effacement de la frontière

De plus en plus d’entreprises sont confrontées à ce problème. Et de plus en plus en France, les prud’hommes, saisis à l’occasion,  condamnent les salariés. Où est donc cette frontière entre sphère privée et public ? Interrogé par Libération, Jean Emmanuel Ray, Professeur à la Sorbonne et spécialiste du droit du travail, observe une récente modification dans le monde du travail. Il remarque notamment « une croissante porosité entre vie professionnelle et vie privée ». Pour le professeur, l’effacement de la barrière entre les deux sphères à conduit au mélange des genres. « Auparavant, le travail était défini par une unité de temps, de lieu et d’action : sorti de l’usine, le travailleur redevenait un citoyen ». Et de poursuivre : « Aujourd’hui, avec la consultation des mails privés et autres Facebook, il y a une invasion de la vie personnelle au bureau. Mais aussi une massive exportation du travail dans la vie privée avec le redoutable Blackberry et ses petits frères ».

La faute à la technologie ?

La téléphonie mobile, internet, l’explosion de l’utilisation des smartphones, et bien avant l’ordinateur portable ont certainement facilité le travail des salariés, plus exactement celui des cadres. En parallèle, cela à aussi conduit à créer un amalgame entre temps de travail et temps de repos. Le temps du travail empiétant sur celui du temps libre et inversement. La technologie n’est qu’un facteur parmi d’autres, mais celle-ci contribue de façon exponentielle à abattre la cloison entre ces deux univers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :