Publié par : leacaetera | janvier 3, 2011

Les entreprises n’ont pas la fibre maternelle

Selon l’Observatoire de la parentalité en entreprise, 72 % des salariés parents pensent que leur entreprise «ne fait pas beaucoup de choses» pour les aider dans leur équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Cependant, avec le plus fort taux de natalité en de l’Union Européenne après l’Irlande, 2 enfants par femme en âge de procréer selon l’Insee,  les entreprises doivent s’adapter par la force des choses. 

Pour Jérôme Ballarin, président de l’Observatoire et membre du Haut conseil à la famille, certains éléments montrent que le temps où les entreprises ne prenaient pas en compte la parentalité de ses employés a changé, «les choses frémissent».En 2008 la création de  l’OPE, placé sous le patronage du ministère du travail fait bouger les choses. La Charte de la parentalité en entreprise qui comptait 70 signataires lors de son lancement en 2008, en réunit 170 en 2009. La Charte a pour but d’inciter les entreprises signataires a faciliter le quotidien des employés-parents en mettant en place des services facilitant le quotidien (places de crèches), soutien financier, adaptation de l’organisation du travail (temps partiel, l’aménagement des congés parentaux et de paternité) et l’ interdiction des réunions après 18h30. Cependant «Le chemin est encore long» souligne Jérôme Ballarin dans un article du Figaro.fr, rappelant que quatre femmes sur dix sont stressées à l’idée d’annoncer une grossesse à leur employeur.

La crèche d’entreprise : la solution rêvée des parents et des entreprises ?

La crèche d’entreprise seraient le mode de garde rêvé des parents. Selon un sondage réalisé par la magazine Parents et publié en septembre 2005, 84 % des mères actives sont favorables aux crèches d’entreprise et 55 % déclarent préférer cette solution au versement d’allocations plus importantes.

Pour les entreprises une crèche permettrait d’avoir un salarié plus motivé et plus investi dans son travail. Pour Maïlys Cantzler, de la société Crèche Attitude, société de création et de gestion de crèches d’entreprises, « ce mode de garde permet aux entreprises de réduire l’absentéisme, les retards, ou encore les congés parentaux prolongés. » Les horaires de la crèche sont adaptés à ceux de la journée de travail des parents, ce qui n’est pas toujours le cas dans les crèches traditionnelles. Par ailleurs, les salariés n’ont plus le problème du temps de transport, la crèche étant à deux pas de l’entreprise. ».

Malgré les avantages et les facilités financières accordées par l’état pour l’ouverture des crèches d’entreprise, il n’ y a pas d’explosion des projets, constate Alix Got, responsable de projet de crèches d’entreprise de la société Babilou. « Ce sont des projets qui mûrissent lentement. Mais financièrement, c’est le moment pour les entreprises de se lancer. Et pour les parents-salariés, ce mode de garde a le même coût que les crèches municipales puisqu’il repose sur les barèmes de la caisse d’allocation familiales » souligne t-elle.

En France seulement 2% des entreprises ont une crèche, soit un total de 235 entreprises. Un nombre insuffisant face à la demande.  En 2006, sur les 2,4 millions d’enfants de moins de trois ans, 240 000 n’ont pas pu bénéficier de mode de garde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :