Publié par : cpastezeur | mars 7, 2011

Jeux d’argent, jeux dangereux?

Un célèbre adage laisse à penser que l’argent ne fait pas le bonheur. Pourtant, selon un documentaire diffusé sur France 3, un français sur quatre et près de 30 millions d’européens joueraient au Loto chaque année, pour tenter de gagner le pactole et s’assurer des jours heureux, sans avoir à se préoccuper de l’état de leur portefeuille. Mais, au moment où ils jouent, se rendent-ils compte que cela peut changer leur vie du tout au tout?

Car devenir millionnaire en seulement quelques minutes peut faire rêver,  mais un tel coup de chance a des conséquences sur tout le mode de vie des gagnants. Le rapport à l’existence change du tout au tout, puisqu’il n’ya plus aucune obligation de travailler, un salaire étant ridiculement infime par rapport à la somme acquise grâce au jeu. Deux questions principales se posent alors : comment occuper notre temps et comment gérer son argent ?

Certains font preuve d’une générosité sans faille, comme le prouve l’exemple tout récent d’un chauffeur routier qui a racheté son entreprise en févier dernier après avoir remporté le pactole. En redressement judiciaire depuis quelques mois, et qui menaçait d’être mise en liquidation. Interviewé  dans cet article de l’Expresssur les raisons qui l’ont poussé à une telle décision, il explique qu’il était « le seul repreneur potentiel. Et comme j’avais les moyens d’investir pour éviter que les 13 ou 14 gars ne se retrouvent au chômage… En plus, le transport, c’est toute ma vie ». Pourtant, avec les dix millions d’euros gagnés en septembre 2010, l’homme aurait pu couler des jours heureux, sans travailler. A la place, il a décidé de devenir PDG de la compagnie qui l’employait depuis trente ans.

A la surprise générale, si certains décident de réaliser leurs rêves, globalement, le gain du loto change finalement assez peu la vie des gagnants, plutôt raisonnables pour la plupart. Et le rapport au travail persiste très souvent, d’une manière ou d’une autre. Un article de La Dépêche, publié l’an dernier, faisait déjà état de travailleurs généreux qui font profiter leurs collègues d’une prime, décident de monter la société dont ils rêvent depuis longtemps ou, comme cet ancien chauffeur routier en pleine reconversion, changent d’orientation professionnelle pour vivre mieux leur vie privée, puisqu’ils ont désormais le choix de leur carrière. L’argent n’est plus leur moteur principal, l’important est d’être bien dans sa vie professionnelle. Mais l’on voit donc ici que le travail a bien un rôle d’épanouissement personnel, et est aussi peut-être une façon de s’ancrer dans la réalité, dans la vie quotidienne.

Quoi qu’ils décident, la vie de ces nouveaux riches risque d’être chamboulée à coup sûr. Donc, pour aider ces nouveaux riches de manière générale, la Fédération Française des Jeux a mis en place un accompagnement psychologique et fiscal. Pendant trois à quatre ans, les joueurs sont suivis de près, pour apprendre à gérer leur nouvelle fortune, la dépenser et la protéger.  Ce suivi est aussi régulier, et dépend de l’implication du gagnant, comme l’indique le site Kuzeo .com, « une quinzaine de rencontres sont proposées au cours de l’année : ateliers pédagogiques, journées débats, moments de convivialité. Parfois, des weekends sont organisés entre gagnants. »

Selon une étude dans ce même article, 30% des gagnants ne ressentiraient pas le besoin d’être aidés. Mais le long terme prouve que la plupart d’entre eux ne sont pas aptes à gérer cette nouvelle vie seul, comme le prouve le témoignage de 30 gagnants, recueillis par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, deux sociologues, dans leur ouvrage « Les millionnaires de la chance », publié en mars 2010. Certains perdent la notion du réel puisque, sans travail, on a tendance à perdre la notion du temps et des règles. Certains ne parviennent pas non plus à gérer la pression et la médiatisation. Et, de manière générale, le fait que ce gain n’est justifié par aucune activité sociale ou professionnelle fait qu’il est parfois mal perçu. Alors, pour rester dans le cliché, si l’argent ne fait pas le bonheur, peut-être bien que le travail, c’est la santé.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :