Publié par : DaisyLeCorre | avril 6, 2011

Réseaux sociaux : la perte de temps du siècle ?

Facebook, Twitter, MySpace, Viadeo…etc. Les réseaux sociaux sont de plus en plus présents sur la toile et les internautes de plus en plus accros. Une dépendance au web souvent liée à la notion de « perte de temps ». Est-ce vraiment le cas ? L’internet rend-il inerte ?

« Si vous aimez tuer le temps ou perdre votre temps sur le Web, (…), alors vous allez adorer Facebook ! ». C’est en tout cas ce que pense Théodore Besson à propos du plus connu des réseaux sociaux.

Même son de cloche pour les directeurs financiers du Canada. Parmi eux, 47% considèrent que Facebook ou Twitter représentent la « plus grande crainte » en termes de perte de temps. Ils ne sont pas les seuls dans ce cas là.

Chaque année, de nombreuses entreprises interdisent formellement l’accès aux réseaux sociaux à leurs employés. Selon Jean-François Beuze, les raisons invoquées sont relativement classiques : diversion et perte du temps de travail, risques sur la sécurité, saturation du réseau, risques pour l’image de l’entreprise, perte de contrôle.

Selon une étude de Pear Analytics, Twitter se réduirait même à des « bavardages futiles » ou à des spams. Autre résultat marquant : les échanges débouchant sur une vraie discussion ne représenteraient que 37,5% des tweets.

Pour Roland Crepeau, il reste possible d’utiliser Twitter à bon escient. Il a même écrit un article sur le sujet au sein duquel il revient sur les différentes possibilités de devenir « un pro de Tweeter » et d’optimiser son temps sur le réseau social.

Selon Judith Donath, les réseaux sociaux, et Facebook notamment, ne se réduisent pas à une simple perte de temps. Pour la fondatrice du Sociable Media Group, si Facebook est important, c’est le signe que nos relations sont importantes. « Je ne pense pas que Facebook soit intrinsèquement une perte de temps, même s’il peut l’être. Facebook permet d’entretenir des relations un peu différentes du courrier électronique par exemple. »

A l’heure actuelle, 72 % des Britanniques adultes passent leur temps à mettre à jour et consulter le statut de leurs amis sur Facebook avant de s’endormir. Rien d’inquiétant pour Judith Donath. « Si ces chiffres sont exacts, ils traduisent combien les gens sont en conversation avec leurs amis. S’ils posent une question, c’est normal qu’ils soient en attente d’une réponse, comme ils le faisaient avec le téléphone, les gens se socialisent de nouvelles façons. Il n’est pas surprenant que les gens soient impatients de ce que leurs amis pensent, font… ».

Perte de temps ou non, certains internautes ont pris le parti d’en rire. C’est ce qu’a choisi de faire Obion, un dessinateur et auteur de BD Brestois. Avec humour, il évoque sa relation conflictuelle avec Facebook.

Publicités

Responses

  1. […] Article en question […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :