Publié par : amandinecrespin | avril 8, 2011

Les jeunes sont accros à internet !

Mise à jour de blogs, conversations sur des messageries instantanées, jouer on-line,… Autant de façon de pratiquer internet. Certains internautes, rivés sur leur écran, perdent pied… Le monde virtuel devient alors leur monde réel. Depuis une dizaine d’années, une nouvelle forme de dépendance est apparue, « la cyber-dépendance ». En ligne de mire : les jeunes.  

Dans les 27 pays de l’Union Européenne, une enquête a été menée en 2010 auprès de jeunes enfants, âgés de 9 à 16 ans. 25000 au total, questionnés sur leurs pratiques et leurs usages d’internet. Dominique Pasquier, sociologue et directrice de recherche au CNRS a supervisé l’enquête française. Interviewée par universcience-vod, elle rend compte des résultats. Plus l’enfant est jeune (9-10 ans) et moins il passe de temps sur les sites web. En moyenne, une heure et demie par jour. Inversement, à l’adolescence, la fréquentation de sites sur la toile augmente avec l’âge. Parmi les sondés, 28% se disent accros à internet.

Etre accro, c’est quoi ?

Être accro à internet, revient à parler au sens général de la « cyber-dépendance ». D’après Jean-Charles Nayebi, docteur en Psychologie et chercheur, il s’agit d’un internaute qui a le besoin en permanence d’être connecté sur la toile afin d’y trouver de l’information, du sexe, une communication et des jeux virtuels. En d’autres termes, l’internaute est considéré comme addict lorsque l’ordinateur est son unique centre. On reconnait un « no-life » quand il ne consacre plus aucun temps à ses amis ou qu’il ne va plus suivre les cours à l’école. Les médias font parfois échos de cette addiction au travers de reportages pour en montrer les conséquences. Le reportage diffusé sur France 2 en est un exemple.

Le cas de Jordan, 24 ans. Il se donne la mort en se jetant par la fenêtre de l’appartement familial à Grenoble. Ce jeune homme restait assis devant son ordinateur presque vingt heures par jour. Une déconnexion totale au monde extérieur. Ce repli sur lui-même l’a conduit à ce geste fatal, le suicide.

Un mal pris au sérieux ?

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (ou DSM) est un manuel américain de référence utilisé internationalement pour diagnostiquer les troubles psychiatriques. Pour l’instant l’addiction au web n’est pas reconnue comme une maladie.

Les autorités chinoises par contre prennent au sérieux l’addition aux jeux vidéo et à internet. Pour elles, c’est un problème de santé public majeur. En 2009, sur les 100 millions d’adolescents chinois, 10% seraient accrocs à l’univers informatique. Pour répondre à la demande, 400 centres d’aides se sont ouverts. Mais, les méthodes de désintoxications employées, sont a priori assez violentes…

Aux Etats-Unis, même combat. Un centre dans l’Etat de Washington est dédié à cette « cyber-dépendance ». Pour 14 500 $ et 45 jours, le jeune ne pourra plus toucher à un quelconque ordinateur.

La France n’est pas en reste. Des hôpitaux ont ouvert des unités spécialisées dans le traitement de cette addiction : Le CHU de Nantes,  l’hôpital Marmottan et l’hôpital Bichat à Paris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :